Enquête·Policier

Nuit sans fin de Preston & Child

17ème enquête d’Aloysius Pendergast

Le lieutenant Vincent D’Agosta du NYPD est emmené à enquêter sur le meurtre d’une jeune femme, fille d’un richissime milliardaire, dont on a retrouvé le corps dans un garage abandonné, décapité, et la tête introuvable. Il sera aidé dans son enquête par Alysius Pendergast agent spécial du FBI.

Très vite d’autres corps décapités vont apparaître..leur seul point commun, apparemment, étant qu’ils sont très riches et haïs par tous, théorie développée à outrance par le détesté journaliste du Post Harriman…mais très vite cette théorie va présenter des failles.

On retrouve avec plaisir notre duo Agosta et Pendergast.

Pendergast étant toujours aussi mystérieux, on ressent sa souffrance sans vraiment la comprendre, du moins jusqu’aux toutes dernières pages…

Durant cette enquête, son intelligence va être mis à rude épreuve, il a trouvé un adversaire à sa taille avec le meurtrier décapiteur, qu’il n’arrivera pas à démasquer avant la fin du livre, et cela aura pour lui de lourdes conséquences.

Un livre prenant, avec beaucoup de suspense, de rebondissements, un livre où Pendergast n’est pas au meilleur de sa forme, on le sent moins concentré que habituellement, un Pendergast plus humain.

Un bon cru, difficile de lâcher ce livre, l’histoire étant bien ficelée.

Peut se lire indépendamment des autres tomes de la série.

Éditeur : L’ARCHIPEL (04/04/2018)
Nombre de pages : 374

****************************************************

Pendergast face à un psychopathe coupeur de têtes. Quel point commun entre la fille d’un milliardaire, un ancien avocat véreux, un oligarque russe et une lauréate du Prix Nobel de la paix ?Tous ont été assassinés à New York, que la presse surnomme bien vite la Cité des Ténèbres. Surtout, ils ont tous été décapités, et leur tête a disparu, comme si l’assassin était une sorte de collectionneur morbide…Quelles sont ses motivations ? Comment choisit-il ses victimes ? C’est ce que Vincent d’Agosta, de la police de New York, et l’agent spécial Pendergast, du FBI, s’efforcent de comprendre. Et si l’ultime cible du psychopathe n’était autre que Pendergast lui-même ?Avec ce nouvel opus, Preston & Child renouent avec leur veine polar. Une enquête parsemée de fausses pistes où l’intelligence l’emportera sur la force brute.

Coup de coeur·Policier·Thriller

Relic de Preston & Child

1er Roman du cycle Pendergast

L’histoire débute en 1987 dans la forêt amazonienne. Un groupe d’anthropologue, dirigé par Whittlesey découvre une hutte qui serait maudite, frappant de sa malédiction quiconque violerait ses secrets. A  l’intérieur de celle-ci plusieurs reliques.

Belem, Brésil, 1988.  Un petit trafiquant fait passer de la marchandise illicitement…il tombe sur quelque chose d’étrange…

De nos jours, 1995.

Deux jeunes enfants sont retrouvés mort massacrés, dans les sous sols du musée d’histoire naturelle de New-York.
Pendergast, agent du FBI de Louisiane est dépêché sur l’enquête, en effet celle-ci lui rappelle une série de crime ayant eu lieu il y a quelques années en Louisiane. Il sera aidé par l’inspecteur de police d’Agosta.
De leur côté Margo Green étudiante au musée, Smithback journaliste et écrivain pour le musée, aidé du Dr Frock décident d’enquêter et dans savoir un plus sur la “bête” qui tue au sein du musée.

Là je dis OUHAOU, du début à la fin. Ce roman nous prend aux tripes, nous fait trembler, avoir peur, âmes sensibles s’abstenir, ne lisaient surtout pas ce roman, car l’auteur nous décrit parfaitement bien les mutilations subies pas les victimes, on arrive assez facilement, pas besoin d’énormément d’imagination, à imaginer l’état des corps de celles-ci.

Petite cerise sur le gâteau, tout est plausible, rien n’est impossible dans l’histoire, nous faisant d’autant plus trembler.

Et les personnages, tous attachant, apportant un plus à l’histoire. Je pensais que l’histoire allait être centrée sur Pendergast, mais pas du tout, l’auteur s’est attaché à donner une grande importance à tous, pour à un moment du roman leur donner la vedette durant quelques pages.

La fin est génial, nous laissant imaginer le pire…
Enfin pour résumer une belle découverte, aussi bien du livre que de l’auteur, un vrai coup de coeur  😀

Éditeur : L’ARCHIPEL (22/05/2008) – J’ai lu (4 septembre 2010)
Nombre de pages : 542

*******************

Une équipe d’archéologues massacrée en pleine jungle amazonienne…
Les caisses contenant leurs découvertes acheminées au Muséum d’histoire naturelle de New York… et oubliées dans un sous-sol. Meurtres au Muséum d’histoire naturelle de New York. Quelques années plus tard, le musée annonce une exposition consacrée aux superstitions et croyances mystérieuses des peuples primitifs. Mais les préparatifs sont troublés par une série de crimes aussi sanglants qu’inexplicables.
Le criminel: un homme ou une entité inconnue ? Une menace terrifiante hante les couloirs et les salles du Muséum, un meurtrier d’une force et d’une férocité inouïes. On parle même d’un monstre. De quoi éveiller la curiosité d’Aloysius Pendergast, du FBI, expert en crimes rituels…