Réceptions·Thriller

Laisse-moi en paix de Clare Mackintosh

 

Anna, maman d’une petite fille de 8 semaines a du mal à se remettre de la mort à quelques mois d’intervalles de son père, qui s’est jeté d’une falaise, et quelques mois plus tard,  de sa mère qui s’est suicidée au même endroit.

Elle doute, ne comprend pas leur suicide, et son doute se transforme en certitude le jour où elle reçoit un étrange message. Elle décide d’aller voir la police.

Murray, ancien policier, travail comme volontaire dans un commissariat. Il reçoit la plainte d’Anna et décide d’enquêter sans en informer sa hiérarchie.

Avec ce livre je retrouve le style si particulier de l’auteur, un thriller psychologique avec des personnages torturés.
L’inspecteur Murray en est l’archétype même, marié à Sarah, fou amoureux, tout pourrait être simple, mais sans rien vous dévoiler, une relation très complexe, rendant les 2 personnages très attachants et le livre tellement humain.
Puis Anna, la fille parfaite, tombée amoureuse de son thérapeute, qui  a eu une scolarité, des parents parfaits, et vie un bonheur si parfait…

Pour rajouter du piment à l’histoire, l’auteur à rajouter des chapitres avec une narration comme venu d’outre-tombe, on n’est jamais sûre de qui est le narrateur, s’il est mort ou non, l’auteur se joue bien de nous.

Pour résumer, quelques longueurs il est vrai, mais l’auteur fait durer le suspens, des rebondissements, jouant avec nos certitudes et nos nerfs !

Éditeur : MARABOUT (28/02/2018)
Nombre de pages : 430

***********************************************

Il y a deux ans, Tom et Caroline Johnson, ne pouvant supporter de vivre l’un sans l’autre, ont choisi de se donner la mort. Leur fille Anna, incapable d’accepter leur décision de se suicider, peine depuis à se remettre de leur disparition. Devenue maman à son tour, elle ressent profondément l’absence de sa mère, et est déterminée à découvrir ce qui est vraiment arrivé à ses parents. Mais alors qu’Anna fouille le passé, quelqu’un tente de l’en empêcher. Il est parfois plus sur de rester dans le mensonge.

Thriller

Je te vois de Clare Mackintosh

Zoé Walker jeune londonienne, comptable dans une agence immobilière, prend, comme tous les jours le métro. Mais ce jour va tout changer dans sa vie et routine, elle y découvre sa photo dans un journal avec un lien menant à une adresse mail où rien n’y figure, juste la demande d’identifiant de connexion et d’un mot de passe.

Autour d’elle, ses 2 enfants, son compagnon, Simon, personne n’a l’air de la prendre au sérieux. Elle va trouver de l’aide auprès de Kelly Swift agent policier du métro Ensemble elles vont rapidement faire le rapprochement entre ce qui lui arrive et d’autres affaires.

Au fil des pages, on sent monter l’angoisse de Zoé, la sensation d’être suivie, épiée ne la lâchant plus, elle comprend que c’est sa routine qui l’a mené à ça. Puis s’immisce en elle un doute, et si c’était quelqu’un de son entourage à l’origine de tout ça ?

Avec habilité l’auteur jongle entre 3 narrateurs, Zoé, Kelly et un narrateur anonyme, celui à l’origine des annonces.

Au fil des pages, on ressent l’angoisse de Zoé montée, et surtout nos questions sans réponses, jusqu’à la fin l’auteur aura semé le doute sur l’auteur de ce site. Un livre qui nous fait réfléchir sur la routine, la non maîtrise des réseaux sociaux, et la porte ouverte que cela peut engendrer aux détraqués en tous genres.

Un livre lu rapidement, des personnages attachants. Une belle réussite !

Editeur : Marabout (22 mars 2017)
Nombre de pages : 420

*************************************************

Le jour où Zoe Walker découvre son portrait dans les petites annonces d’un journal londonien, elle décide de mener sa propre enquête. L’image floue n’est accompagnée d’aucune explication, juste d’une adresse Internet et d’un numéro de téléphone. Pour les proches de Zoe, c’est la photo d’une femme qui lui ressemble vaguement, rien de plus. Mais le lendemain et le surlendemain, d’autres visages féminins figurent dans l’encart publicitaire. S’agit-il d’une erreur ? D’une coïncidence ? Ou quelqu’un surveille-t-il leurs moindres faits et gestes ?