Policier·Thriller

Pyromane de Wojciech Chmielarz

 

Varsovie
L’inspecteur Jakub Mortka dit le Kub enquête sur une série d’incendies dans un seul et unique quartier ayant causé la mort de l’époux d’une ex-star de la chanson Klaudia Kameron et ayant gravement blessé celle-ci.

Au fil des pages l’enquête se complique. Dans un premier temps parce qu’on découvre que le mari de Klaudia était mort avant l’incendie puis par la suite par un autre incendie qui cause la mort cette fois de 2 jeunes enfants, neveux d’un criminel bien connu qui en fait une vengeance personnel.

Que dire de ce livre ?  Mortka est un personnage très bien travaillé, humain, attachant, je l’apprécie d’emblée pour sa franchise et honnêteté. Par contre l’histoire comporte des hauts et bas. En effet, certains passages sont haletants, on tourne les pages sans s’en apercevoir mais d’autres passages sont long, très long complètements inutiles.

Par contre les dernières pages sont top 😀 !

Dommage que l’histoire comporte autant de platitude m’ayant gâche une bonne partie de ma lecture.

Éditeur : AGULLO (04/05/2017) (Prix des lecteurs “Le livre de poche”  sélection 2018)
Nombre de pages :442

********************

À Varsovie, au cœur d’un hiver glacial, l’inspecteur Mortka est appelé un samedi matin aux aurores sur les lieux d’un incendie criminel. Dans les ruines fumantes d’une villa d’un quartier chic, on découvre le corps de Jan Kameron, un businessman qui a connu des revers de fortune. Sa femme Klaudia, une ex-star éphémère de la chanson, lutte pour sa vie à l’hôpital.
Mortka espère d’abord qu’il s’agisse d’un règlement de comptes lié aux affaires pas toujours limpides de Kameron. Mais bien vite, il lui faut se rendre à l’évidence : un pyromane sévit dans les rues de la capitale, balançant des cocktails Molotovs par les cheminées et semant la mort sur son passage… Il faudra toute la ténacité de Mortka, déjà fragilisé par son divorce récent et épuisé par les fiestas de ses colocs étudiants, pour mener à bien une enquête où les fausses pistes abondent. Sans compter le harcèlement de sa hiérarchie qui lui colle une profileuse dans les pattes, et le comportement suspect de son adjoint porté sur la boisson…

Laisser un commentaire